Skip to main content

La recherche au centre de biosciences européen d'Alltech à Dunboyne

laboratoire dunboyne

Alltech, leader mondial du secteur de la nutrition et de la santé animale est fortement présent dans toutes les régions du monde. Au sein de ses 5 centres de recherche en biosciences, travaillent une équipe d'experts en biochimie, microbiologie, chimiste et nutrition afin d'améliorer la santé, le bien-être et les performances des animaux. Chaque centre de bioscience a son propre domaine de spécialisation mais peut également fonctionner en collaboration.

Le centre européen de biosciences d’Alltech, situé à Dunboyne, dans le Comté de Meath, a été officiellement ouvert en 1999 et met l’accent sur la recherche fondamentale ; ceci inclus la biotechnologie, la microbiologie et la chimie. Depuis sa création, Alltech a toujours noué des liens étroits avec des instituts universitaires et le site de Dunboyne ne déroge pas à cette règle. En raison de sa proximité avec plusieurs universités de renommée internationale, Alltech a formé de solides programmes d'alliances de recherche.

En 2013, un projet d’agrandissement d'une durée d'un an a été achevé, au cours duquel l'installation existante à Dunboyne a triplé pour atteindre une surface de 3000m². Si le siège Alltech de Dunboyne a pour mission principale de servir les marchés européens, les 120 employés basés sur le site joue un rôle clé au sein du réseau mondial Alltech.

Spécialisée dans divers domaines tels que le développement et la validation d'analyses, la biochimie des protéines, la biologie moléculaire, l'écologie microbienne et la recherche en oligo-éléments, l'équipe de scientifiques basée à Dunboyne se concentre sur le développement de la base des gammes de solutions Alltech. Ces recherches fondamentales ont permis de développer des connaissances uniques sur des sujets spécifiques, notamment la biodisponibilité des minéraux organiques, la microflore intestinale et les sciences des cultures.

 

 

Image result for alltech ireland

 

Biodisponibilité des minéraux organiques

Outre l'importance de l'inclusion d'oligo-éléments dans l'alimentation, la forme sous laquelle l'élément est présenté joue un rôle essentiel dans son absorption et son efficacité. De nombreux facteurs intrinsèques et extrinsèques sont connus pour affecter la biodisponibilité des oligo-éléments : l’espèce animale, l'interaction avec d'autres minéraux et nutriments, l'état physiologique, la forme chimique et la solubilité de l'élément minéral. La biodisponibilité accrue des oligo-éléments et des minéraux organiques a fait l’objet d’une attention considérable et un nombre important et croissant de recherches évaluées par des pairs a révélé que la biodisponibilité des oligo-éléments organiques est considérablement plus grande que lorsqu'elle est délivrée sous forme inorganique.

L’équipe de recherche sur les minéraux à Dunboyne s’occupe de plusieurs domaines distincts. À un niveau fondamental, des recherches sont en cours sur l’identification et la caractérisation des minéraux organiques. Cette recherche examine les facteurs influençant les structures des chélates de minéraux organiques et des composés d'organo-sélénium synthétisés. La base de ce travail repose sur l'utilisation de techniques spectroscopiques avancées, qui permettent la détection d'éléments uniques. En outre, la modélisation moléculaire permet à l'équipe de recherche d'évaluer la stabilité probable des minéraux organiques dans des conditions réelles.

Des études plus récentes visent à caractériser l'absorption et le devenir cellulaire d'oligo-éléments et de minéraux chélatés. En identifiant les facteurs clés qui affectent leur biodisponibilité cellulaire, nous pouvons mieux comprendre les facteurs qui influencent non seulement leur transport, mais également leur taux d'absorption. Les recherches les plus avancées visent à caractériser les mécanismes qui contrôlent l'homéostasie des oligo-éléments et des minéraux. Ce programme utilise à la fois des techniques basées sur les gènes et les protéines afin de mieux comprendre les mécanismes de contrôle qui régulent l’équilibre minéral intracellulaire.