Skip to main content

4 conseils pour une gestion durable des sols

Vous vous demandez peut-être « Quel est le bon moment pour commencer à construire un sol sain ? ». C’est peut-être surprenant, mais le bon moment est toujours : maintenant ! Que vous soyez en train de choisir vos semences pour la culture suivante ou que vous ayez juste fini de récolter vos champs, planifier la stratégie de gestion de la durabilité de vos sols doit toujours être au cœur de vos pensées.

Au fur et à mesure des saisons, les sols s’appauvrissent en nutriments et en matière organique. S’ils ne sont pas surveillés, cela conduira à une baisse des rendements.De plus, l’épuisement des sols n’est pas un phénomène qui touche uniquement les agriculteurs, les jardiniers et ceux qui ont un potager chez eux souffriront des mêmes problèmes dans leur propre jardin.

Les agriculteurs entreprenants travaillent pour leurs sols pour s’assurer que ces sols travaillent pour eux.

Un sol en bonne santé – avec un taux élevé de matière organique, une structure équilibrée et une grande disponibilité en nutriments- est une excellente base pour les plantes. Il peut permettre de baisser la quantité d’intrants qu’un agriculteur doit utiliser, car beaucoup de besoins nutritionnels de la culture seront déjà assurés par les réserves du sol. Cette augmentation de la disponibilité en nutriment peut aussi aider la plante à développer des racines plus fortes et devenir naturellement plus résistante aux stress environnementaux.

Les 4 conseils ci-dessous vous aideront à améliorer votre santé du sol de manière durable et mènera à des améliorations remarquables pour les années à venir.

Augmenter le taux de matière organique du sol

En comptant les animaux (comme les vers et les insectes) et les millions de microbes qui font du sol leur maison, un sol en bonne santé est grouillant de vie. Chacune de ces créatures joue un rôle dans le cycle des nutriments, ce qui correspond aux processus de dégradation des résidus de culture, comme les chaumes de maïs, en les transformant en matière organique dans le sol. Une fois le processus de dégradation terminé, les nutriments deviennent ensuite disponibles pour les plantes. Quand les plantes utilisent les nutriments disponibles dans le sol, les agriculteurs peuvent commencer à utiliser des additifs ou des fertilisants de façon plus spécifique au lieu de les déployer de façon généralisée « juste au cas où ».

Diminuer le travail du sol

Le labour peut endommager l’environnement du sol et ne devrait être utilisé que pour solutionner des zones problématiques, comme les endroits où le sol est compacté ou les endroits où les problèmes de drainages impactent fortement les champs. Le labour peut aussi augmenter le nombre d’adventices dans un champs en les ramenant en surface où elles peuvent germer et pousser. Ces adventices vont entrer en compétition pour les nutriments avec les cultures et prendre une place précieuse dans les champs, ce qui diminuera potentiellement le rendement.

Garder une couverture du sol permanente

L’utilisation des couverts végétaux devient de plus en plus populaire, et pour de bonnes raisons. Non seulement les couverts végétaux offrent une autre opportunité pour les agriculteurs d’améliorer la composition de leurs sols, car leur utilisation augmente la disponibilité des nutriments tels que l’azote dans le sol, mais ils réduisent aussi de façon significative le risque d’érosion des sols. Quand les champs sont laissés nu après la récolte et pendant l’hiver, ils deviennent sensibles à l’érosion par le vent et la pluie, cela laisse donc les agriculteurs un cran en arrière dans la construction de fondations saines pour les cultures de printemps.

La rotation culturale

Le type et la quantité des nutriments utilisés va varier selon les cultures en place. Certaines cultures différentes vont ainsi augmenter la disponibilité des différents nutriments, qui peuvent être utilisés par les cultures qui suivent. La rotation culturale joue aussi une part dans la prévention contre l’érosion des sols. Non seulement les champs restent couverts, mais comme les racines des cultures vont pousser à différentes longueurs, elles vont maintenir le sol sur différentes profondeurs au travers des années, conservant ainsi une stabilité contre les fortes pluies et le vent.

Bien que ces étapes soient des bonnes façons d’améliorer vos sols et s’assurer qu’ils vont continuer d’être la laborieuse première marche vers la production de plantes saines et d’un rendement rentable, ces résultats peuvent être maximisé lorsqu’ils sont combinés avec d’autres outils. Les analyses de sols dans les champs, par exemple, vous aideront à cerner les sujets de préoccupations. L’observation des champs pendant la croissance des plantes aidera l’agriculteur à identifier les zones où il peut y avoir une carence en nutriment ou une pression d’une maladie avant que les problèmes ne commencent à se rependre et nécessitent une intervention plus importante. En combinant tous les outils qu’ils ont à leur disposition, les agriculteurs peuvent donner aux cultures les meilleures fondations possibles pour les saisons à venir de façon anticipative et durable.